Et les doubles ?

Avec le passage à 4 joueurs en championnat par équipe les doubles sont devenus beaucoup plus importants et obligatoires. Avec six joueurs vous pouviez encore esquiver ce match si vous n’étiez pas fan de doubles ou si la paire n’était pas efficace. Désormais tout le monde y passe. Quelques considérations sur les doubles… 😉

Quelles sont les meilleures paires ?

  • Gaucher-Droitier : lorsque cela est possible cette composition est très avantageuse. Premièrement, les deux joueurs sont en bonne position pour utiliser au maximum leur CD et deuxièmement le gaucher est avantagé pour les services et remises (même côté qu’en simple). Cela complique la tâche des adversaires qui doivent alors viser les angles s’ils veulent trouver leur revers.
  • Attaquant-Bloqueur : ces deux styles de jeu constituent une bonne complémentarité, les rôles sont déjà définis.
  • Deux joueurs au même style de jeu : ce qui est important c’est la construction du point, qui essaye de faire quoi, qui a le plus de facilité à démarrer etc…

Vous ne jouez pas pour avoir en retour les balles que vous aimez mais pour offrir à votre partenaire une balle plus facile à négocier pour lui (ex : si votre partenaire se sent mieux en attaque il faut essayer de ne pas servir long pour lui permettre de démarrer le premier).

Les services :

  • La latéralité :

Le service est vital et souvent les joueurs négligent la partie proche de la ligne centrale de peur de servir faux. Servir vers le milieu permet de décaler l’adversaire qui se retrouvera alors plus proche de son partenaire (gêne) ou qui sera en mauvaise position pour placer un coup fort que ce soit sur balle longue ou courte. De plus, comme en simple, il sera difficile pour le receveur de jouer les angles ainsi le partenaire du serveur pourra se préparer à prendre son CD pour placer un coup fort.

Servir dans l’angle peut aussi être intéressant pour excentrer le joueur mais attention à la longueur de la balle, qui, si elle sort de trop sera facilement attaquable pour le receveur (et cela laisse tout de même de la place pour son coéquipier).

  • Et la longueur alors ?

Les services courts sont les plus utilisés (sauf lorsque notre partenaire est un défenseur ou un bon bloqueur). Il est, en général, préférable en double de garder l’initiative pour ainsi diriger le jeu ou, du moins, si on se retrouve à contrer, de ne pas reculer trop vite (cela laisse le temps aux adversaires de se replacer).

Un service long ou rapide utilisé une ou deux fois dans le set peut permettre de surprendre l’adversaire (surtout si celui-ci se met en position revers pour recevoir) ou forcer l’adversaire à démarrer (si notre partenaire est plus à l’aise en bloc). Cela peut être efficace à condition que le service soit bien réalisé (long et bas pour un démarrage adverse difficile ou très rapide pour vraiment surprendre) sinon c’est la punition assurée.

Un service court permettra d’éviter les démarrages (attention tout de même aux services « mous », « sans effets » qui peuvent entraîner un flip adverse selon les niveaux).

Lorsque l’on joue en simple, un service qui rebondit à « mi-table » (mi-long, mi-court) est moins gênant car l’adversaire doit se placer, il ne sait pas à la base où viendra le service. Ici, en doubles, l’adversaire est déjà bien placé en retour (service diagonale oblige) et il pourra alors démarrer ou chercher des angles compliqués à négocier si le service n’est pas assez précis.

Il est important de prendre en compte son partenaire pour choisir le service que l’on va faire. Ce n’est pas nous qui recevrons la balle de retour de service. Elle doit alors convenir à notre partenaire. Ex : si je sers avec beaucoup d’effet (très coupé imaginons), que le receveur arrive à remettre le service, la balle sera alors imprégné de beaucoup d’effet coupé, notre partenaire est-il capable de démarrer sur ce type de balle ?

  • Qui sert en premier?

Comme en simple laisser servir les adversaires qui ne seront pas nécessairement réglés en terme d’enchainement pour démarrer sur le retour de service ou en ce qui concerne les déplacements peut être un bon choix. De plus cela vous laisse l’occasion au besoin de devoir servir à 9-9 lors des 1er, 3ème et 5ème sets. Si dans votre paire il y a un bon serveur ou un enchaînement très efficace, servir en premier peut vous permettre de prendre l’avantage dès le départ.

Et pour les puristes, en double l’utilisation de signes au moment du service peut devenir la base d’une stratégie de double.

Les signes au service: pour quoi faire ? Dans quel but ?

Les signes sont utilisés pour essayer de mettre en place un schéma de jeu, de pouvoir anticiper le type de balle qui reviendra. Mais à qui de décider du signe et du service à effectuer ?

En général c’est plutôt le receveur qui, en fonction de son jeu, dira à son partenaire quel type de service faire afin d’avoir une balle en retour plus facile à négocier.

En réception de service certains joueurs maitrisant suffisamment les différents types de retours ou qui au fil du match ont eu un aperçu des différents services adverses peuvent même aller jusqu’à indiquer ou ils placeront leur retour de service. Cette tactique peut être plus facilement mise en place avec un receveur ayant un picot ce dernier étant potentiellement moins sensible aux effets mais même avec un backside cela reste faisable.

 Et dans l’échange?

=> Un principe simple à retenir en double, une fois le jeu lancé il faut essayer de toujours rejouer sur l’adversaire qui vient de toucher la balle. Forcer les adversaires à se croiser est également une option intéressante…

Selon les schemes de jeu il faut les adapter à la paire. Par exemple pour deux droitiers avec un bon coup droit, il peut être intéressant de privilégier le top CD croisé et le revers en ligne. Ainsi la balle arrivera dans le CD de l’adversaire et reviendra à 80% dans le coup droit de votre partenaire. Un top CD décroisé lui a de fortes chances de donner un bloc dans le revers de votre partenaire qui devra alors fournir un effort de déplacement plus conséquent. Le mot d’ordre est toujours de permettre à votre partenaire d’avoir une balle qui lui convient.

Comment s’améliorer en double?

Les doubles ont cette particularité de permettre à certaines paires plus faibles de vraiment gêner un paire plus forte. La rapidité de replacement a potentiellement moins d’impact chaque joueur ne jouant qu’un coup sur deux. Reste les déplacements à gérer pour ne pas se gêner et la connaissances des points forts et faibles des deux joueurs de la paire afin de ne pas mettre en difficulté son partenaire. Pour ces deux paramètres que sont les déplacements et la connaissance il n’y a pas de secret il faut que les deux joueurs prennent des automatismes en essayant de s’entrainer régulièrement en double.

Et c’est tout?

Pas tout à fait, en simple le tennis de table repose énormément sur le mental, le double ne déroge pas à la règle. Il faut donc aussi que les deux partenaires acceptent les erreurs de l’autre et s’encouragent mutuellement, cela peut faire une énorme différence.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*