Et la tactique?

 Le ping, une question de tactique ?

Il arrive souvent en sortant du gymnase ou au détour d’une table d’entendre : « je n’aurai jamais du perdre« , ou « je menais largement puis je ne sais pas tout s’est mal goupillé il est remonté je n’ai rien pu faire« , « je ne dois pas le perdre je ne comprends pas« , vous pouvez rajouter là une des nombreuses phrases que vous avez déjà entendu. Cela tourne toujours autour du fait que vous étiez techniquement meilleur que le joueur en face mais malgré tout cela n’a pas marché.

Il y a bien sûr le mental qu’il va falloir travailler mais il y a aussi certaines considérations tactiques qu’il faut essayer de garder à l’esprit et qui peuvent souvent faire la différence. Vous avez déjà travaillé certains de ces éléments en séance, à la table, afin de les intérioriser, de les intégrer à votre palette de coup et de les reproduire en match mais cela ne coute rien de les répéter ici une fois de plus.

En match nous nous réfugions souvent dans des schémas bien connus, réflexes bien ancrés, parfois même connus par nos adversaires qui peuvent avoir l’habitude de nous rencontrer et nous oublions parfois de tenter ces coups qui ne sont pas encore habituels ou alors « sans faire exprès » et qui peuvent changer la donne.

D’autres joueurs peuvent être techniquement moins bon mais ils peuvent avoir cette capacité à placer la balle pile où vous ne la voulez pas. La différence tient ici comme le coach le dit souvent à la capacité à regarder l’autre, l’adversaire, afin de déterminer ce qui pourrait le gêner. Parfois tenter un coup moins fort, plus simple, mais mieux placé aura beaucoup plus de réussite.

Quels éléments à décrypter chez son adversaire ?

Son style de jeu :

Si notre adversaire joue avec deux backsides, on doit se poser la question, à savoir s’il est :

Attaquant ? Dans ce cas là il faudra éviter de le laisser démarrer, éviter les services longs, éviter de reculer

Contreur/Bloqueur ? Ici éviter de tout démarrer soir-même, l’obliger à démarrer. Ce type de joueur n’attend qu’une seule chose : que vous preniez l’initiative pour vous contrer.

En fonction de cette première analyse il faudra être capable d’adapter sa façon de jouer.

Sa ligne de sol préférentielle :

Aime t-il jouer près de la table (alors il faudra trouver des schémas tactiques l’obligeant à reculer) ou loin de la table (et utiliser des coups tels que les amortis, des blocs contrôles ou une moindre accélération dans les attaques).

Sa position :

Selon sa position d’attente, il est possible d’identifier dès les premiers points ce que va essayer de faire l’adverse :

– Une position pour une prise de pivot.

– Une position pour une prise majoritairement en revers.

– Une position normale/neutre pour un jeu équilibré.

Son niveau de stress :

Observez un peu plus ce qui se passe de l’autre côté de la table et vous verrez que souvent votre adversaire se trouve dans un état « pire » que le vôtre. Tremblements ? Grimaces ? Mains qui glissent ? Enervement? Si vous constatez que votre adversaire à la main qui tremble il ne sera peut-être pas nécessaire de prendre tous les risques pour gagner le match mais déjà assurer et mettre la balle sur la table, il est fébrile il craquera certainement.

Mais si au contraire si vous sentez votre adversaire serein, motivé, prêt à tout, qui ne semble pas paniquer alors il faudra vous transcendez et aller chercher les points car sinon c’est lui qui le fera et les regrets s’en ressentiront…

La base de la tactique va être de se focaliser un peu plus sur son adversaire et un peu moins sur son propre jeu. Il faut bien sûr être capable de constater si on est à l’aise avec ses propres coups ou si c’est une soirée durant laquelle le coup droit ne passe pas, où le revers est crispé (voir l’article sur l’importance de jouer relâché), mais il faut être capable aussi de pouvoir analyser les forces et faibles de votre adversaire.

Ceci nécessite des capacités d’analyse qui ne sont pas toujours évidentes à mobiliser en cours de jeu (bientôt un article sur le coaching). Cependant quelques éléments sont génériques et peuvent être utilisés contre nombre d’adversaires.

Quelques pistes :

  • Services : l’approche tactique commence dès le début du match. Même si cela peut paraître aléatoire, faut-il garder le service ou le donner à l’adversaire? Si vous le gardez votre adversaire servira à 9-9 aux 1er, 3ème et 5ème sets. Inversement si vous le donnez, vous serez en meilleure position pour gagner le 1er set en servant à 9-9, cela peut aider pour mettre un peu la pression à l’adversaire (après cela dépend aussi des joueurs). Au 3ème set, cela peut être aussi utile si vous êtes menés 2 sets à 0, de défendre ce set et ainsi tenter de remonter à 2-1. Si il y a 1 set partout cela vous donnera une meilleure chance de mener 2-1. Enfin au 5ème set il est évident que servir à9-9 peut être un sérieux avantage. Mais donner cette balle de service à l’adversaire au 1er set lui permet aussi de pouvoir potentiellement commencer avec un avantage sur vous. Il faut trouver un équilibre selon vos préférences.
  • Utiliser tous ses services dès le premier set ?

          Il y a deux types de joueurs :

– Ceux qui utilisent régulièrement tous leurs services. Cela peut-être une bonne tactique si l’adversaire à une lecture difficile des effets et cela peut l’embrouiller. Mais si on les utilise tous et tout le temps sur un joueur qui s’adapte plutôt bien alors à 9-9 si on est au service on peut se trouver hésitant ne sachant plus quoi faire et il ne sera plus surpris par nos services.

– Ceux qui vont au départ tous les tester et qui vont ensuite en garder 1 par exemple (celui qui a semble t-il été le plus efficace) pour le réaliser dans les moments importants (fin de set ou pour creuser un écart de 3 points en milieu de set).

Il n’y a pas besoin de savoir faire 5 services pour utiliser ce genre de tactique, cela peut être un placement différent (exemple on a souvent servi court dans le RV, CD ou milieu et en fin de set on balance le service rapide au milieu de la table). Ou encore on sert majoritairement du CD mais on sait aussi en effectuer un du revers et hop on va s’en servir à ce moment là (si l’autre n’a plus de problèmes sur les autres services). Ou même un effet différent (on a souvent servi coupé et on va essayer d’en faire un mou voire lifté).

  • Varier les services : placement, profondeur, ne pas négliger le service court milieu qui limite la prise d’initiative de l’adversaire et les angles possibles.
  • 1er retour de service : votre adversaire choisi un type de service que vous avez en horreur. Deux options, jouer la sécurité mais lui offrir une possibilité de mettre en place un schéma/enchainement qu’il affectionne particulièrement et directement subir la punition, de plus il saura que cette combinaison vous gêne. Ou tenter un coup agressif afin de tenter le tout pour le tout en espérant que ce retour le dissuadera peut-être de refaire ce service gênant pour vous.
  • jouer au coude/milieu de table : un placement en général très efficace.
  • Jouer les coins : attention si votre adversaire a une bonne liaison CD-Revers cela peut être contre productif à voir au cas par cas. Ou alors il faudra prendre des risques pour viser les bouts de table.
  • Apprendre à faire des coupés bien taillés qui rendront les démarrages difficiles : prise de risque sur ce coup là, d’où l’importance en séance de travailler ces remises coupées lorsque vous êtes sensés pousser long pour que votre adversaire démarre afin de vous habituer à être agressif sur les remises pour donner une balle difficile à négocier.
  • Jouer court afin d’éviter les démarrages : essayer de piquer les balles afin de les rendre plus difficile plutôt que de se contenter de les porter et risquer de voir votre adversaire faire un flip. Mais cela n’est pas possible sur tous les services (à utiliser plutôt sur des services coupés adverses).
  • Attaquer en premier : mais s’attendre à ce que la balle revienne donc attention au replacement. Et attention si l joueur en face est un bon bloqueur.
  • Eviter leur coup fort : oui je sais c’est évident mais comme indiqué plus haut nous sommes tellement conditionné dans l’enchainement de certains coups que l’on entend souvent « non mais ne joue pas là tu sais qu’il n’attend que cela« . 😉
  • Parfois donner des balles flottantes, molles qui peuvent déstabiliser selon le type de jeu de vote adversaire
  • Varier les profondeur sur les liaisons CD-Revers.
  • Jouer près de la table : beaucoup de joueurs ont tendance à reculer après avoir joué.
  • Ajouter de l’effet latéral, au lieu de privilégier les rotation avant et arrière il peut être bon d’introduire parfois un peu d’effet latéral (autre qu’au service).
  • Contre les joueurs qui prennent tout en coup droit, éviter les balles longues en milieu de table : il faut jouer long et rapide en cherchant les angles afin de limiter les possibilités de replacement. S’il pivote beaucoup, tenter un service long et rapide pleine ligne en CD peut être une option pour jouer la surprise (je dirai même pour lui créer le doute plutôt et ainsi l’empêcher peut être de pouvoir prendre son coup fort, il sera obligé de se positionner plus au milieu de table et devra prendre davantage son revers ??)
  • Si l’échange se prolonge, jouer au milieu de la table limite la capacité de votre adversaire à vous écarter, une balle plus molle peut être gênante si l’adversaire a du mal à changer de ligne de jeu.
  • Sur les défenseurs, la variation est importante. Il faut varier les profondeurs et les rotations et gardant en mémoire que vous avez en retour ce que vous avez envoyé, plus votre balle est lourde, plus la balle en retour sera difficile à négocier. Une balle sans rotation peut parfois être même plus efficace (difficulté pour le défenseur de s’appuyer sur la balle)
  • Attention à votre position en retour de service, certains bougent, d’autres ont la raquette trop basse, privilégiez une position qui vous permet de prendre n’importe quel service avec un minimum de mouvement. Attention de ne pas donner d’indices à votre adversaire avec une position trop en pivot ou trop en revers, bouger une fois le service effectué…
  • Attaquer d’abord dans le CD : beaucoup d’exercices lors des entrainements sont liés au revers, qui est souvent par son amplitude plus réduite un coup qui peut être plus rapidement réalisé qu’un coup droit. Il peut parfois être plus rentable d’attaquer d’abord dans le coup droit puis dans le revers.

Ce sont bien sûr des éléments tactiques génériques applicables (ou pas) à de nombreux joueurs/situations. Ils ne sont pas à négliger car ils sont justement facile à travailler en séance.

Comme indiqué plus haut se focaliser sur son adversaire est important mais il faut aussi connaître son propre jeu et ici la vidéo est un plus appréciable. Se filmer, regarder, analyser afin de mieux comprendre ses erreurs tactiques en match va permettre de trouver un équilibre entre technique et tactique.

1 Commentaire

  1. On aura bientôt plus aucune excuse bidon en cas de défaite! lol
    Merci pour cet article et j’attends avec impatience celui sur le coaching 🙂

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*