Etre zen

Un billet de Rowden Fullen sur le travail de Peter K Tyson : Zen and the Art of Table Tennis (Peter K. Tyson) qui explore la philosophie orientale et la relation avec les sports occidentaux et en particulier le tennis de table.

Waldner: « Utilisez votre tête. La force mentale est un sujet vaste et important… Le point de départ doit être vous-même… J’ai étudié de nombreux athlètes suédois et j’étais impressionné par leur calme lors des compétitions« .

Syed: « trop penser et à sur-analyser chaque coup ne mène qu’à l’échec« .

Werner Schlager conseille un rythme de jeu fluide : « Soyez toujours créatif et innovant, travaillez vos enchainements, ainsi vous passez d’une séquence à une autre de façon fluide« .

Les joueurs de haut niveau savent qu’il est nécessaire de développer les qualités Zen comme le calme et la force mentale sans réellement faire le lien philosophique.

Hodges voit les différences entre les joueurs de haut niveau comme « principalement mentales » et mets en avant les qualités de calme, pensée positive et de relaxation tout comme certaines techniques telles que la respiration profonde.

Hamersley souligne l’importance du calme, du self-control, de la confiance en soi, de la volonté de gagner, la pensée positive et du langage corporel positif.

Attention cela ne veut pas dire qu’il faut se cantonner à sa zone de confort et dérouler. Cela signifie une pratique adaptée et qui remet en cause avec des entrainements spécialisés et une grande concentration. La qualité est aussi importante que la quantité. Pour Syed les chinois réussissent car ils s’entrainent plus intelligemment tout en poussant plus loin le joueur jusqu’à ce qu’ils sorte de sa zone de confort.

La pensée positive est nécessaire, et il faut y croire même si cette croyance n’a pas de base rationnelle voire faussée.  Son ennemi est le doute qui sape les capacités du joueur, qui trouble sa confiance et mène à l’échec. Arsene Wenger demande à ses joueurs d’y croire de façon intense d’avoir un optimisme irrationnel qui éliminent tout doute. Même après une cuisante défaite, les joueurs ont besoin d’évacuer les doutes et de tirer le positif de cette défaite afin de maintenir cet optimisme exagéré en leur propres capacités.

Les juniors peuvent facilement oublier les bases comme un entrainement complet et un échauffement correct. Ils pensent parfois qu’ils peuvent entrer dans un match même en étant froid et réussir les coups par magie. Ils peuvent avoir des attentes peu réalistes. Ils pensent devoir jouer chaque match à 100%. Si ils loupent un coup et perdent un point ils peuvent sortir du match, être frustrés et tout leur jeu se délite. Un manque d’harmonie entre l’esprit et le corps s’installe et est dévastateur. Les jeunes joueurs ont besoin de voir que souvent un match peut être gagné sans réaliser de nombreux coups gagnants, juste en forçant leur adversaire à l’erreur et que sur un adversaire plus faible, 70% de leurs performances est en général suffisant.

Etre Zen peut offrir beaucoup. La pratique et l’entrainement sont cruciaux. Plus vous pratiquez, plus il est facile d’atteindre un état inconscient, automatique qui vous permet de rester clame. Vous avez joué ces coups tant de fois avant, vous restez à l’aise et ne craquez pas même dans les situations serrées.

Le tennis de table est un sport rude, rapide avec une très faible marge d’erreur. Il suffit de très petites erreurs de timing ou de position pour envoyer la balle dans le filet ou dans les bâches. Ainsi le self-control est crucial. Si votre esprit est en phase avec votre corps, si vos automatismes liés aux nombreuses heures de travail sont au point, si votre attitude est relâchée, calme, alors vous avez une chance. Si votre self-control disparait et que vous jouez les diva, vous deviendrez alors un loser.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*