La concentration

Petite synthèse de différents articles sur la concentration

(Butterfly Mag et un article du PaddlePalace par Samson Dubina).

 Vous êtes en bonne forme physique, votre préparation de match a été parfaite, toutes vos compétences sont réunies et la tactique est bien en place. Mais dès que la compétition débute, tout cela disparait. Le match est perdu et vous avez joué bien loin de votre véritable niveau. Bienvenue dans le monde du mental et ses pièges.

Selon Richard Prause, si un joueur a une attitude positive, cela peut parfois conduire à des performances exceptionnelles. Les joueurs sont des êtres humains, avec des hauts et des bas. Nous pouvons soutenir les joueurs quand ils ne se sentent pas positifs, mais lorsqu’ils sont entraînés, il n’arrive jamais qu’un joueur n’atteigne pas son potentiel uniquement à cause de blocages mentaux. Par contre à des niveaux de compétition inférieurs, cette situation se produit plus souvent car souvent les joueurs ne se rendent pas compte que leur problème commence dans la tête.

Que cela soit les bruits de la salle, des encouragements pour un autre match, des joueurs s’énervant sur la table d’à côté, parfois, des matches entiers se décident à cause de ce type de situation.

Parfois le manque de concentration est directement lié aux coups que vous devez effectuer. Un démarrage sur une poussette très coupée nécessite beaucoup de concentration pour coordonner le déplacement et la réalisation de ce genre de coup. Un contre-top nécessite aussi un bon timing. La plupart des joueurs s’appliquent et sont assez concentrés dans la réalisation de ces gestes. Néanmoins de nombreux joueurs ne sont pas assez focalisés sur les balles dites faciles comme une balle haute courte ou reprendre une poussette un peu courte. Louper une telle balle mène en général à la frustration. Une solution est de considérer ces balles dites faciles comme des balles difficiles et rester bien concentré sur ces coups là.

Le même genre de problème se présente lorsque vous jouez un adversaire à priori plus faible. La quantité de concentration est en général proportionnelle à l’évaluation de la difficulté du coup à réaliser. En restant concentré à 100% alors il n’y aura pas de regrets.

Ou encore lorsque l’on mène largement (2 sets à 0 par exemple), nous sommes alors moins attentif à tous les petits détails qui nous ont permis de prendre cet avantage considérable. Nous allons éventuellement regarder les matchs des copains, rigoler à une petite blague d’un coéquipier, ou tout simplement baisser en intensité en croyant que cela se fera tout seul et hop nous nous retrouvons vite à 2-2 et panique à bord…

=> Chaque adversaire, chaque point, chaque coup à jouer doit être considéré comme « difficile ».

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*