La défense coupée avec backside et picots longs

 

Nous abordons ici la défense coupée loin de la table avec backside en coup droit et picots longs en revers (Olivier, Benoît et Anthony à vos stylos 🙂 ).

Les défenseurs mettent le picot long en revers mais néanmoins ils défendent également avec leur backside en coup droit.

Pour la défense coupée du coup droit avec backside :

– Plus en coup droit qu’en revers il est nécessaire de se mettre légèrement de profil, d’avoir la jambe de la raquette (qui sera ici notre jambe d’appui) derrière afin de tourner les épaules et le bassin. Cela permet plus d’aisance, le corps ne gênant pas la réalisation du geste.

– La raquette doit partir d’une position assez haute (niveau de la tête quasiment), donc un geste assez ample pour finir vers le bas (sous le niveau de la table).

– La prise de balle se fait au moment où la balle commence à redescendre après son rebond sur table (sur la vidéo le joueur est assez proche de la table mais un défenseur un peu plus loin laissera un tout petit peu plus la balle redescendre).

– Importance de la jambe d’appui, ici la droite pour un droitier : on fléchit sur cette jambe pour prendre la balle assez basse pour ensuite se redresser ainsi le poids du corps est transféré sur l’autre jambe quelques secondes.

– Pour réussir une défense bien coupée, il faut garder la balle le plus longtemps possible au moment du contact balle/raquette. Accélérer avec une action du poignet mais sans « taper » dans la balle, l’effleurer par dessous avec, par contre, une action prolongée sur la balle. Accompagner le mouvement jusqu’au bout.

Ajustement en fonction du top spin reçu (plus ou moins de rotation) :

Réception d’un top spin sans trop de rotation :

– Forcer l’accélération au moment du contact balle raquette/afin de mettre de l’effet coupé (contact plus dur).

– Incliner de la raquette plus verticale (et non ouverte) pour éviter la montée de la balle.

– Engagement du corps moins important, il est même possible de faire un geste assez court puisqu’il faudra choper la balle en tapant davantage.

Réception d’un top spin avec beaucoup de rotation :

– Action moins dure sur la balle, on caresse beaucoup plus, on s’appuie sur l’effet adverse.

– Inclinaison de la raquette plus ouverte (vers le plafond) pour remonter un peu la balle qui aura tendance à repartir vers le bas du filet.

– Bien se positionner pour effectuer un grand geste afin de contrer cet effet lifté reçu.

Pour la défense coupée du revers avec picot long :

– Il est possible de se mettre de profil mais beaucoup de joueurs restent assez face à la table, avec tout de même une rotation des épaules.

– La raquette commence un peu moins haute (au niveau des épaules) et contrairement au coup droit elle ne finit pas très basse (au-dessus du niveau de la table) mais vers l’avant. Avec le picot si on va trop vers le bas il y a plus de risque de faire monter la balle.

– Prise de balle toujours en phase descendante après le rebond.

– Appui sur la jambe qui ne tient pas la raquette cette fois.

– Inclinaison de la raquette plutôt fermée au départ puis à la fin du geste le picot est en position ouverte.

Un défenseur sait aussi attaquer en coup droit :

– Près de la table :

– Loin de la table :

Près ou loin de la table, le défenseur ne doit pas trop laisser redescendre la balle pour attaquer en coup droit sinon il n’aura plus qu’une solution la soulever et donner une balle facile à l’adversaire.

Oui mais quel picot long ? C’est la question qui fâche.

Depuis l’interdiction des picots longs lisses, tous les picoteurs recherchent le St Graal, ce picot long rugueux qui leur permettra de pouvoir apporter un maximum de gêne et d’inversion. Chacun y va de son ressenti perso en fonction de sa gestuelle et du jeu développé. Dès qu’un nouveau picot long arrive sur le marché vous allez trouver un grand nombre de joueurs qui vont jurer avoir trouvé la plaque ultime pour à nouveau s’enflammer pour celui qui sortira quelques mois plus tard.

Sont-ils vraiment différents ? Oui à considérer les avis des nombreux testeurs.

En fait malgré ce que l’on peut croire de nombreux facteurs vont rentrer en ligne de compte. Tout en restant dans le cahiers des charges des caractéristiques définies par l’ITTF en ce qui concerne les revêtements, il y a tout de même de nombreuses variables qui expliquent la quantité de picots longs plus ou moins différents sur le marché :

– La densité des picots

– Leur longueur

– Leur rigidité

– La nature des stries au sommet des picots les rendant rugueux

– La présence de mousse sous les picots (en général de 0.3 à 0.6mmm pour développer un jeu plus offensif)

Tous ces facteurs vont influer sur les caractéristiques de la plaque. Enfin à ne pas négliger la gestuelle et bagage technique du joueur qui font que justement la quête du picot long ultime représente souvent la recherche de l’adéquation entre une plaque et une style de jeu développé (défense classique en picots longs ou jeu à la table par exemple). Contrairement à ce que de nombreux joueurs pensent, le picot long comme toute plaque nécessite un apprentissage et une rigueur, il ne suffit pas de renvoyer la balle en espérant que la plaque fera le travail.

Régalez-vous :

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*